Jeudi 21 mars 2019 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

L'instant politique...

Urgent Crier/Le Retour (Best of...)

:::: Par Françoise Thyrion | paru le 01/01/2013

thyrion.jpg

Lever de rideau sans rideau pour deux personnages
Le Poète révolté et Elle.

 

ELLE :

 J’ai beau crier. Personne ne m’entend !

ELLE hurle devant sa télé.

Impuissante, stupide, engluée dans la bêtise confinée.

Personne ne l’entend hurler.

Personne sur la terre.

Pourtant quelqu’un va l’entendre.

Un poète.

Un poète mort l’été dernier, parti se reposer au Paradis des Poètes.

Un poète révolté.

Qui va lui souffler

quelques lignes d’un poème qu’il écrivit dans les années septante, préhistoire des années quatre vingt…

LE POèTE RéVOLTé :

À l’heure où les vieillards de France meurent de faim dans des taudis avec leurs cinq francs quotidiens…

À l ‘heure où le caudillo Franco achète à Picasso la toile Guernica pour décorer sa chambre…

À l’heure où tout le monde avale des couleuvres en attendant d’avaler des crapauds…

À l’heure où…

Et elle, d’enchaîner avec ces quelques lignes maladroites et démodées…

ELLE :

À l’heure où les banquiers gouvernent les pays et bâillonnent les démocraties…

À l’heure où les malades sont traités de voleurs….

À l’heure où les chômeurs sont traités de tricheurs…

À l’heure de la peur comme ligne d’horizon….

À l’heure du chacun pour soi et du «va te faire foutre» la solidarité…

À l’heure de la renaissance d’un vieux relent de rejet de l’autre…

À l’heure où l’on reparle de la bombe atomique comme si la précédente n’avait pas existé…

À l’heure où la culture redevient un luxe de privilégié retraité…

À l’heure où les professeurs se suicident sur leur lieu de travail…

À l’heure où les petits de trois ans sont trente cinq par classe…  

À l’heure où des soldats meurent encore à la guerre…

À l’heure où des révolutions sont encore confisquées par des religieux…

À l’heure où les femmes ne peuvent toujours pas disposer de leurs corps librement…

À l’heure où je passe l’été à faire la patate canapé devant la télé…

À l’heure où les journaux télévisés deviennent de mauvais feuilletons sur la vie sexuelle d’un futur ex-président de la République Française…

À l’heure où lassée de ces bêtises, je finis par écouter Milou, mon chat qui me glisse à l’oreille qu’on aurait mieux fait de les lui couper, à ce pauvre futur ex-président, comme on l’a fait à lui et à tous les matous domestiques de France…

À l’heure où le mouvement des Indignés remplace les céefdétistes, les cégétisites, eratépistes, les esencéefistes….

À l’heure où le vrai Président de la vraie République Française parle aux français sans un seul livre derrière lui…

À l’heure où le vrai Président de la vraie République Française utilise (mal) cette belle langue française pour raconter des carabistouilles à tous les Français….

À l’heure où le vrai Président de la vraie République Française se laisse corrompre par une bande de lapins crétins qui va bientôt prendre le pouvoir à sa place et changer tous les Français (pas moi qui suis belge) en poussières à enfermer dans des sacs en plastic reconduits aux frontières…

À l’heure où…

À l’heure où…

Et le poète de continuer de ses vers vraiment vieux et d’outre tombe

LE POèTE RéVOLTé :

Il ne te reste qu’à recommencer du début

ELLE :

RECOMMENCER ?

Revenir

Aux années septante ?

Aux années où je suis née en théâtre avec toi André Benedetto ?

LE POèTE RéVOLTé :

Avec moi et avec les autres.

Avec toutes les chiennes de l’Imagination qui habitaient nos cerveaux.

ELLE :

Avec Debauche, Gatti, les copains de Louvain, Craps, Dardenne et Sapart, ceux de l’Aquarium, Livchine, le Grenier de Toulouse, le TNS, la Salamandre ?

Avec tous les camarades avec qui j’ai squatté des immeubles chics dans les quartiers chics de Paris ?

Avec les sages femmes  et les gynécos de la Clinique des Lilas avec qui j’ai pu accoucher d’un beau gros bébé sans violence ?

Et coetera, et coetera, et coetera ?

LE POèTE RéVOLTé 

À recommencer du début, je te dis…

Et tourner en rond dans ce labyrinthe…

Ou bien

À te coller une balle dans la tête ?

Ou bien

À casser tes statues de ta France éternelle ?

À tuer le théâtre ?

À te méfier de tout ?

À avoir peur de TOUT

Et surtout de toi-même ?

Du chien en toi

Prêt à se coucher

Prêt à ramper

Prêt à faire le beau

Contre un sucre

Que vas-tu faire ?

Quoi choisir ?

ELLE :

VIVRE

Comme tu le disais dans les années septante préhistoire des années quatre vingt…

VIVRE, PARDI,

L’OUVRIR,

HURLER,

PROFERER

URGEMMENT

PARTOUT

EN DEUX MOTS COMME EN QUATRE

METTRE À TERRE LA PASSOIRE QUI ME SERT DE CHAPEAU
LA PIETINER

ET…
LE POèTE RéVOLTé :

VIVRE !

VIVRE !

VIVRE !
certainement

Vivre comme un haricot

PATATE !

 

 Bibliographie

« URGENT CRIER » poèmes d’André Benedetto, collection P.J.O. Poche PIERRE JEAN OSWALD (1966)

André Benedetto a créé le Festival OFF d’Avignon et le Théâtre des Carmes dans cette même ville d’Avignon.

 

haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre