Lundi 17 juin 2019 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

L'instant politique...

Stains, capitale théâtrale

:::: Par Gilles Costaz | paru le 18/03/2012

costaz.jpg

  Le Studio-Théâtre de Stains, dans la Seine-Saint-Denis, a appris tout récemment la fin de la convention qui le liait à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles d’Ile de France). Motif pour interrompre une convention sur l’aide aux créations qui avait été signée en 1986 : on a entendu dire que la qualité a baissé…. Le coup est rude pour l’un des rares petits théâtres de la banlieue qui constitue un exemple d’activité créatrice et infatigable dans un secteur criblé de difficultés. Or ce théâtre venait d’être désigné comme l’un des « dix lieux emblématiques » dans le cadre des « Territoires de création », selon l’accord signé par François Fillon et Patrick Braouezec !

  L’Etat, à travers sa direction régionale, agit selon un vieux schéma, dont il ne se vanterait pas ouvertement mais qu’il applique si souvent dans le secret de ses cabinets : quand on manque d’argent, on pénalise les petits et, en leur retirant leur aide, on peut même augmenter les gros. Il y a quelque chose de très choquant à voir Stains et bien d’autres dépossédés alors qu’on augmente confortablement la subvention de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, déjà très riche (Luc Bondy, pour tout programme, a juste clamé : « Donnez-moi plus d’argent ! » Ah ! Les aristos de la culture !). Or le Studio-Théâtre de Stains, que dirige Marjorie Nakache avec le concours de Xavier Marceschi, est une lumière dans la nuit, l’un des lieux dont on a le plus besoin et où entrent à la fois les classiques, l’esprit banlieue, la diversité et l’écriture d’aujourd’hui (dernier auteur invité : Mohamed Kacimi).

  Comme on est bien au Studio-Théâtre de Stains, dans cet ancien cinéma aux allures de cabaret, parmi les familles, les lycéens, les spectateurs débutants et les amateurs au long cours ! « Les places les moins chères sont à 4 euros et personne ne reste sur le trottoir, quand on a envie d’entrer », dit Marjorie Nakache. Le public n’est pas huppé, mais il est sous vos yeux en train de naître et de grandir. Cela vaut bien dix Bob Wilson et quarante Warlikowski !

  Pour Marjorie Nakache, l’heure est à la riposte. Des réunions et des milliers de signatures soutiennent ce petit coin de paradis dans l’enfer de la pauvreté. Mais rien n’est gagné. Décrétons Stains capitale théâtrale !

 

Studio-Théâtre, Stains (93), tél. : 01 48 23 06 61.

haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre