Mercredi 12 décembre 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Par ici la sortie...

Les écritures d'une autre Europe n°8

:::: Par Gilles Boulan | paru le 18/11/2013

boulan.jpg

 

La Gorge de Zanina Mircevska

La pièce

Dans le bois, l'homme qui a avalé son nom, chantonne une comptine. Il nage en pleine euphorie. Lui, l'obscur contrôleur d'autobus au chômage, torturé par une fringale insatiable, vient de découvrir que des champignons comestibles poussent en très grand nombre à portée de sa main. Au point que dépourvu de panier, il ne pourrait tous les cueillir. Mais la tentation est trop forte et l'imagination de l'homme, à l'image de celle de la jeune laitière de la fable, échafaude le scénario de sa vertigineuse fortune et de la satisfaction de son avidité.

Mais voilà que le destin lui vient opportunément en aide. L'homme se découvre soudain l'héritier d'une fortune considérable et bientôt, les mets les plus raffinés et les menus les plus copieux se succèdent au fond de son assiette pour tenter de soulager sa faim. En vain. Plus l'homme avale, plus l'affamé despote qui sommeille au fond de lui, se réveille dans son estomac et dévore tout ce qui l'entoure. Adieu veaux, vaches, cochons et autres nourritures vivantes ! Tout y passe, tout fait ventre : bêtes et hommes, personnel de cuisine, famille... Et rien ne saurait l'arrêter : aucun scrupule moral, aucun tabou social, qu'il soit de l'ordre de l'inceste ou de l'anthropophagie. Rien d'autre que l'insatisfaction, ce vide jamais comblé qui le poussera en définitive à se dévorer lui-même.

Si l'aimable fable de la Fontaine et la sympathique naïveté de Perrette peuvent accompagner le regard du lecteur lors des premiers échanges de cette farce terrifiante, l'apparence innocente de l'homme qui fredonne une comptine en furetant dans les bois, est bientôt mise à mal.  Cousin d'Ubu et fils de l'ogre, ce monstre ordinaire et sans nom sur lequel on pourrait poser la grimace féroce du dictateur ou le masque cynique du spéculateur vampire, porte aussi et surtout notre propre visage. Il nous raconte, jusqu'à l'absurde, la vanité et les dangers d'une consommation effrénée.  Notre besoin de consolation est impossible à rassasier constatait déjà Dagerman au lendemain de la seconde guerre mondiale. Avec humour et fantaisie, en un pamphlet sans concession, Zanina Mircevka en dénonce aujourd'hui les effets pernicieux.

 

L'auteur

Née en 1967 à Skopje, Žanina Mir?evska vit et travaille en Slovénie, où elle enseigne l’écriture scénaristique à l’Académie pour le théâtre, la radio et la télévision de l’université de Ljubljana. Elle est dramaturge en Slovénie, en Croatie, au Monténégro et en Allemagne.

Elle est l’auteur d’une vingtaine de textes de théâtre, pour la plupart primés ou nominés pour le prix Slavko Grum du meilleur texte dramatique de l’année en Slovénie et dont plusieurs ont été joués dans différents pays d'Europe ainsi qu’en Russie et aux Etats-Unis notamment au New Modern Drama à New York, au Royal Court Theater à Londres, au Théâtre national de Skopje, au Théâtre de la jeunesse de Ljubljana et au MittelFest à Cividale del Friuli...

En France, ses pièces ont fait l'objet de différentes lectures publiques et chantiers (à Grenoble, à Pont–à-Mousson, à Caen, à Val-de-Reuil, à Besançon, à Montbelliard et à la Maison d'Europe et d'Orient à Paris) ainsi que France-Culture.

Espéranza  a été créée par Patrick Vershueren au Tarmac en avril 2013.

Traduite du macédonien par Maria Béjanovska, La Gorge a été publiée par les éditions l'Espace d'un Instant  (septembre 2013). Trois autres pièces de Zanina Mircevska  y ont fait également l'objet d'une publication dans un même ouvrage (Esperanza, Effeuillage et Werther & Werther) en 2008.

 

haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre