Jeudi 13 décembre 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Passage à l'acte

De la naissance d'un moustique

:::: Par Fabien Arca | paru le 01/04/2014

Arca2.jpg

Acte 1/ Le bocal agité d’octobre 2008
Octobre 2008.
Je suis dans le RER C.
Destination Vitry sur seine.
Objectif : Gare au théâtre.
Je fais parti des 5 auteurs inscrits pour le 30ième bocal agité. 
 
Le « bocal » c’est quoi, me direz-vous ?
Un concept un peu fou à l’initiative d’un agitateur d’idées : Mustapha Aouar[1].
 
3 jours intenses,
3 jours d’un marathon un peu particulier,
3 jours durant lesquels des auteurs, des metteurs en scène & des acteurs d’horizons différents, se réunissent, pour fabriquer du théâtre.
Oui. C’est possible.
Comment ?
Le premier jour, les auteurs écrivent.
Le deuxième jour, les metteurs en scène et les comédiens répètent
Et le troisième jour, les courtes formes sont jouées.
 
Pour ce 30ième bocal, je rédige un court texte (15 minutes) que j’intitule « AH BON ! ».
Et Laurent Stachnick le met en scène avec la participation de trois comédiens.
 
L’histoire aurait pu s’arrêter là.
Mais quelques jours plus tard, Laurent m’appelle.
« J’aimerai la suite du texte. »
C’est une commande.
L’accord est immédiat. 
Poignée de main symbolique.
 
J’ai 5 mois pour lui rendre une version définitive.
 
Acte 2/ « AH BON ! » au festival « Nous n’irons pas à Avignon »
Nous voilà en juillet 2009.
A cette époque, un festival alternatif bat son plein.
Encore une fois c’est à Gare au théâtre.
Il s’agit de « Nous n’irons pas à Avignon »[2].
Une sorte de contre festival qui dit clairement, haut et fort : Avignon est un supermarché de la consommation théâtrale, là-bas vous risquez de vous faire plumer, alors construisons une alternative à Vitry…
 
Dans la petite salle du haut, devant plus de 80 enfants, je participe en tant que spectateur à la première de « AH BON ! » dans une mise en scène de Laurent Stachnick (Cie du Lophophore). 
 
Je découvre mon texte,
Je l’entends dans la bouche des 3 comédiens qui incarnent tour à tour, le personnage de l’enfant, pivot central de cette pièce (jeune public) que j’ai imaginé comme une BD théâtrale.
 
C’est une première pour moi.
Une découverte.
 
Et encore une fois, l’histoire ne s’arrête pas là.
 
Acte 3/ « AH BON ! » devient « MOUSTIQUE »
Septembre 2009.
Parce que rien n’est jamais figé, j’éprouve encore le besoin d’approfondir « AH BON ! ».
 
Dans la pièce, le personnage principal n’est pas nommé.
Et plus j’y pense, plus je me dis : « L’enfant doit être nommé ! »
 
Il devient Moustique.
 
Un surnom.
Pas comme les autres.
Moustique, celui qui pique, celui qu’on écrase, celui qui dérange…
Une évidence, une résurgence de mon enfance.
Un appel d’air dans le texte.
Encore quelques mois de travail et Moustique trouve sa forme finale.
 
J’envoie alors le texte à différents comités de lecture et surtout à Sabine Chevallier des Editions Espaces 34.
 
En Avril 2010,  je reçois un appel de Sabine.
Elle souhaite le publier.
 
Acte 4/ « MOUSTIQUE » devient un livre.
Février 2011.
C’est maintenant officiel, le livre est sorti.
Il voyage.
Il est lu.
Et moi ?
Je voyage avec lui. Invité dans les classes je rencontre des enfants (CM1, CM2, 6ième).
Moments intenses. Echange. Partage.
Je n’imaginais pas tout cela.
 
Et puis le texte obtient le prix de la « pièce de théâtre contemporain pour le jeune public »[3].
 
Acte 5/ « MOUSTIQUE » trouve le chemin de la scène.
Parallèlement, des metteurs en scène veulent monter la pièce.
Fabienne Candela du Théâtre de la Marguerite (à Antibes),
François Gérard de la Manivelle Théâtre (à Wasquehal)
Gilles Buonomo de la Cie Itinéris Bis (à Minerve).
 
En 2013, j’assiste successivement à trois mises en scène.
Des propositions artistiques diamétralement opposées !
C’est fou.
Que dire ?
Personnellement je laisse toujours une grande liberté aux metteurs en scène.
A chaque fois, c’est la surprise !
 
Et j’espère bien que l’histoire ne s’arrêtera pas là.
 
En guise d’épilogue
Tout d’abord des perspectives[4]
MOUSTIQUE sera présent cet été au festival d’Avignon, à Présence Pasteur, dans la mise en scène de F. Gérard (La Manivelle Théâtre)
 
Et puis aussi et surtout des remerciements !
C’est vrai quoi !
Une page de cette histoire s’est quand même écrite là-bas…
à GARE AU THEATRE,
sur une petite table de bistrot,
dans la tranquillité du foyer,
en compagnie d’autres auteurs.
 
Alors oui,
Merci la Gare !
Merci Mr Aouar !
 

[1] Directeur de Gare au théâtre/ Cie de la Gare.
[2] Festival « Nous n’irons pas à Avignon » a l’initiative de Mustapha Aouar.
[3] Prix décerné par la Bibliothèque de théâtre Armand Gatti et l’inspection académique du Var/ rectorat de Nice.
[4] En Janvier 2014 La Manivelle Théâtre est soutenue par la région Nord pas de calais pour représenter la région au festival d’Avignon 2014.  
 
 

hautHaut de page

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre