Dimanche 26 mai 2019 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Vos papiers !

Bien agiter, avant d’ouvrir !

:::: Par Alexandra Lazarescou | paru le 06/06/2013

Lazarescou.jpg

Quelle est cette nécessité, la « Nécessité »[1] au sens où Joyce l’entend, qui lierait notre société déshumanisée, arbitraire, éclatée, désenchantée à un impératif théâtral ?

Notre génération a initié une réflexion sur les conséquences identitaires du déclin du modèle communiste pour notre Europe contemporaine.

Conscients de la mutation de l’espace social et politique, notre prise de parole est celle d’une jeune génération ouverte sur l’Europe, qui s’interroge sur ses origines afin de mieux en imaginer les possibles. Adossés à notre héritage, à l’Histoire avec sa grande hache totalitaire-majoritaire, nous ne cessons de nous demander comment notre génération pourrait parvenir à extirper l’espoir de sa gangue. En somme, focalisés sur les origines et les conséquences de la chute de la dictature communiste, et, au moyen d’un langage minoritaire, nous tentons de faire entendre les interrogations d’une jeune génération sur les possibilités d’un vivre ensemble, dès lors qu’aucune idéologie commune ne semble résister au désir de pouvoir.

Si nous nous différencions par un foisonnement formel et thématique, ce qui nous relie est le regard que nous portons sur l’actualité, sur les événements de l’histoire récente ; la dimension politique et sociale étant prégnante.

Les jeunes auteurs et metteurs en scène roumains et moldaves dissèquent l’Histoire au scalpel pour montrer au grand jour ce qui a été récupéré, oublié, caché, déformé :

20/20, texte écrit et mis en scène par Gianina Carbunariu[2] fouille les résonnances des évènements de mars 1990 lorsque un violent conflit ethnique entre roumains et magyars a éclaté à Tirgu Mures, en Transylvanie, se soldant par cinq morts et plus de deux cents blessés.

Capete infierbantate (Têtes brûlées) de Mihaela Michailov revient sur les événements des « Minériades » des 13-15 juin 1990 à Bucarest ; six mois après l'instauration de la démocratie, les mineurs ont été convoqués par le président roumain et manipulés pour réprimer ceux qui protestaient contre l’avènement au pouvoir d’un ancien dirigeant communiste.

Antidote de Nicoleta Esinencu[3] retrace une longue histoire du gaz et du nucléaire, du zyklon B utilisé à Auschwitz, jusqu’à Tchernobyl, en passant par les menaces de contamination chimique en temps de Guerre Froide. L’auteure moldave rend compte de la désinformation, de l’endoctrinement et de la manipulation des masses. L’intoxication aux informations poussant à la paranoïa de l’ennemi invisible, sans identité, à l’ennemi clairement identifié, et la propagande inodore, incolore qui s’infiltre sournoisement dans les esprits fait grandir l’empire de la peur et laisse le racisme et le nationalisme dominer les esprits et les pulsions.

Dans une veine d’activisme social, les auteurs mettent en valeur les histoires de la communauté, investissant les scènes alternatives ou l’espace public pour parler de problèmes majeurs, tels que l’expulsion, l’expatriation, le racisme, l’homophobie, etc.. Bogdan Georgescu[4] dans son texte Fara sprijin (Sans soutien) est parti de l’expérience et des témoignages des personnes expulsées. Vera Ion, optant pour un travail plus intime, traite avec ses textes Ich Clown et Refuz sa cresc (Je refuse de grandir) de ses expériences personnelles, avec pour embrayeur dramaturgique son voyage à Londres où elle a gagné de l’argent avec son travail de clown.

Enfin Rosia Montana - pe linie fizica si pe linie politica (Rosia Montana, une perspective physique et politique), texte écrit par Stefan Peca[5], mis en scène par Gianina Carbunariu, Radu Apostol, Andreea Valean (membres fondateurs du collectif d’auteurs et de metteurs en scène dramAcum), dénonce le projet d’exploitation de cette localité minière (Rosia Montana détient le plus important gisement de Roumanie, estimé à 300 tonnes d'or et 1 600 tonnes d'argent) initié par la compagnie canadienne Gabriel Resources et soutenu par le président roumain Traian Basescu, et par là-même la destruction de l’environnement (l’extraction à ciel ouvert nécessite l’utilisation de cyanure), l’anéantissement du patrimoine culturel de Rosia Montana et la délocalisation de ses habitants.

 

Mihaela Michailov, portrait

Mihaela Michailov est un météore, son œuvre dessine une belle ligne d’horizon : l’avènement d’un théâtre de protestation, une sorte de théâtre d’agitprop du XXIème siècle : un théâtre critique, sans concession, provocateur, poélitique. Depuis 2002, elle a écrit plus d’une dizaine de pièces de théâtre, dont quatre en direction des adolescents.

Les motifs abordés tiennent de l’actualité sociopolitique roumaine ou de son passé historique et de ses conséquences sur le présent, tout en explorant un théâtre protéiforme : documentaire (dans Capete Infierbintate / Têtes brulées), choral (dans Google tara mea / Cherche mon pays sur google !, Copii rai / Sales gosses), drames tragi-comiques (dans Faceti loc / Faites de la place et Complexul Romania / Le Complexe Roumanie).

Elle a reçu le prix UNITER (équivalent roumain des Molières) de la meilleure pièce en 2006 avec Le Complexe Roumanie[6], texte sur la tragédie du communisme, qui, en parcourant deux décennies – celle du régime totalitaire communiste de Ceausescu et celle de la période postcommuniste – nous montre comment la Révolution de 89 a dévoré ses enfants.

Puis, avec Cherche mon pays sur google ![7], Mihaela Michailov dresse un portrait au vitriol des questions identitaires et communautaires qui agitent la Roumanie, elle dépeint des scènes de la vie raciste : la discrimination dont sont victimes les noirs et les Roms vivant dans ce pays.

Au cœur de cette pièce, se trouve, une question fondamentale : celle de l’Altérité. La difficulté de s’envisager au sens propre est prégnante. Le philosophe Emmanuel Levinas, revendiquait, de fait, la valeur éthique du visage, comme une épiphanie qui nous interdit de tuer.

Le visage de l’étranger, sa couleur de peau ; sordides critères qui sont à l’origine des pages les plus noires de l’histoire. La discrimination est le fléau de notre société malade ; l’« hypermodernité » ne fait qu’entretenir l’illusion d’une Europe réputée démocratique et progressiste, alors qu’elle ne cesse de mettre en place des « seuils de tolérance » combinés à diverses formes d'ostracisme xénophobe.

L’auteure passe au crible les actes de violence, les dérapages de comportement et de discours, la haine de la différence, la peur de l’Autre. Au sein d’une indifférence quasi-généralisée, voici une voix émergente qui tente de trouver un espace de résistance contre les mouvements intégristes, les propos haineux et la violence qui se déchaînent aujourd’hui.

La radicalité de la forme épouse la force du propos. La pièce se construit sur un agencement plurivoce où la structure dramaturgique est un entrelacs qui mêle récit, scènes dialogiques et chorales, monologues, contes. Cette construction rappelle celle d’un site internet avec ses multiples ramifications, bifurcations, connexions : Cherche mon pays sur google ! est donc une sorte d’hypertexte théâtral. Entre oralité brute de la rue, écriture en ritournelles, et poème dramatique, la langue est syncopée, plastique, musicale. Elle oscille entre une écriture directe, des répliques courtes et incisives, taillées dans un vocabulaire quotidien urbain, reflet de la société à laquelle les personnages appartiennent ; et des tournures enfantines, extirpées d’une enfance claudicante. Loin d’être anecdotique, informatif ou événementiel, Cherche mon pays sur google ! rappelle avec force et justesse les origines mêmes de notre situation et notre responsabilité de citoyens européens. Car au-delà des frontières de la Roumanie, les mesures politiques européennes, notamment françaises, prises à l’égard des Roms, sont indignes et irrespectueuses des droits de l’homme.

En Roumanie, Mihaela Michailov est également une pionnière dans la création d’un théâtre destiné au public jeune. Le théâtre jeune public se résumant souvent à des textes mièvres. Sales gosses est une pépite. Mihaela Michailov s’est inspirée d’une histoire vraie, celle d’une enseignante qui a ligoté une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, et dont les petits camarades ont suivi l’exemple en la ligotant à leur tour. La jeune fille a été retrouvée attachée dans les toilettes de l’école après avoir été sauvagement mutilée.

C’est ici l’histoire d’une petite fille rêveuse et ascolaire qui crée de petits animaux avec des élastiques et qui se retrouve punie par son professeur durant une leçon sur la démocratie. Elle est ensuite montrée en exemple pendant la récréation, puis torturée par ses camarades de classe. Ce texte est remarquable à de multiples égards : actualité du sujet, richesse d’interprétation, qualité du travail sur la langue, humour.

La pièce convoque en effet une multitude de voix : la voix du narrateur qui problématise la condition de toute une génération d’élèves, la voix de la petite fille, la voix du professeur, les voix de ses camarades de classe ; en somme un beau challenge pour une comédienne. C’est aussi, pour le public français, une écriture forte, dont on ne peut sortir indemne. Sales gosses traite de la violence à l’école et de la médiatisation perverse qui en est faite sur Internet via YouTube ou les réseaux sociaux.

Elle nous a fait parvenir un petit texte pour nous expliquer sa nécessité d’introduire en Roumanie du théâtre pour la jeunesse :

« Le théâtre pour jeune public possède un potentiel énorme de solidarisation sociale. En se regardant agir à travers leur théâtre, les enfants et les adolescents peuvent développer une réflexion commune et appréhender les nombreuses questions que soulève le maillage complexe de leur quotidien. Le théâtre jeune public est un théâtre qui nous fait grandir ensemble. En lui permettant d’assister à la représentation de ses propres histoires, il offre à la jeunesse la possibilité de prendre conscience de la nécessité de changer la société à laquelle elle appartient. Les enfants et les adolescents ont toujours occupé une place majeure dans mon travail d’écriture dramatique. Leur présence constante provient de la nécessité de faire entendre leurs voix. De la nécessité de faire preuve d'empathie lucide à l’égard de leurs problèmes non-dits et de l’aura symbolique qu’ils sous-tendent.

Dans Complexul România (Le Complexe Roumanie), un élève-pionnier fier de sa patrie devient un petit capitaliste qui cherche, aboulique, sa place. Dans Interzis sub 18 ani (Interdit aux moins de 18 ans), deux adolescentes sont en lutte avec le passage à l’âge adulte, qui les transforme du jour au lendemain en filles-femmes. Dans Familia Offline (La Famille Offline[8]), les enfants endossent le rôle de leurs parents partis à l'étranger. Dans Mi-e frica (J’ai peur), une petite fille refuse de naître, en vieillissant, de jour en jour, dans le ventre de sa mère. Dans Cum traverseaza Barbie criza mondiala (Comment Barbie traverse la crise mondiale[9]), les enfants deviennent les produits cosmétiques du consumérisme qui embrasse perversement le doux visage des nourrissons auxquels on a mis de la crème antivieillissement. Dans Sub Pamânt (Sous terre), théâtre documentaire abordant la situation des mineurs et le capitalisme sauvage des 20 dernières années, les enfants dessinent la carte d'un avenir étouffé par les échecs du présent.

J’ai conçu Copii rai (Sales gosses) comme un texte-manifeste contre le système éducatif qui esclavagise les esprits et transforme les réactions spontanées en preuves d'obéissance consolidées par la peur. J'ai écrit Sales gosses car je ne cesse de remarquer autour de moi des voix d’enfants que l’on n’entend pas, que l’on n’autorise pas à exister, que l’on n’encourage pas à dire ce qu'elles ont à dire. Aux enfants réduits au silence, aux enfants pour qui l'école est une guerre continue, perdue d’avance parce qu’ils n’ont pas le pouvoir des professeurs-adversaires, aux enfants qui sentent qu’ils ne servent à rien – ce texte leur est dédié.

En Roumanie, le théâtre jeune public est presque inexistant, réduit à des histoires de héros et de dragons, un théâtre qui ne représente pas ceux à qui il s'adresse. Le théâtre pour le jeune public n'est pas le théâtre du public jeune. C’est pourquoi, il m’a semblé important d'écrire un texte sur les enfants d'aujourd'hui et les problèmes auxquels ils sont confrontés. Je crois en un théâtre politique pour le jeune public, un théâtre qui transforme les esprits des adolescents et le territoire sensible des émotions en moteurs d'intervention sociale. Je crois en un théâtre qui représente les problèmes aigus auxquels les jeunes d’aujourd’hui sont confrontés, un théâtre de réflexion et d'action, dans lequel des communautés d'idées se créent. Je crois en un théâtre qui n’endort pas la conscience des enfants et des adolescents avec le mirage hypnotisant du féerique. Je crois en un théâtre qui descend dans le monde des jeunes pour le représenter dans toute sa complexité. (Mihaela Michailov) ».

 

 


[1] JOYCE, James, « Le drame et la vie », Œuvres, I, Paris, Gallimard, 1982, p. 921-922 : « Si vous me demandez comment naît le drame, ou quelle en est la nécessité, je réponds tout simplement la Nécessité. C’est le simple instinct animal appliqué à l’esprit… Le drame jaillit spontanément de la vie. »

[2] Textes disponibles en français :

Avant hier, après demain (Nouvelles du futur) de Gianina Carbunariu, traduit du roumain par Mirella Patureau, éd. L’Espace d’un Instant, 2011.

Kebab, suivi de Stop the tempo ! de Gianina Carbunariu, traduit du roumain par Christian Benedetti, Gabriel Marian, Anamaria Marinca, Diaana Cilan, éd. Actes-Sud Papiers, 2007.

[3] Textes disponibles en français :

FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! suivi de Sans sucre de Nicoleta Esinencu, traduit du roumain (Moldavie) par Mirella Patureau, éd. L’Espace d’un Instant, 2007.

Antidote de Nicoleta Esinencu, traduit du roumain (Moldavie) par Alexandra Lazarescou, au répertoire de la Maison Antoine Vitez.

 

[4] Texte disponible en français :

Roumanie ! Va te faire foutre de Bogdan Georgescu, traduit du roumain par Fanny Chartres, au répertoire de la Maison Antoine Vitez.

[5] Textes disponibles en français :

The Sunshine play de Stefan Peca, traduit du roumain par Fanny Chartres, éd. Théâtrales, 2008.

U.F de Stefan Peca, traduit du roumain par Gabriel Marian, éd. Climats/ Maison Antoine Vitez, 2004.

[6] Le Complexe Roumanie de Mihaela Michailov, traduit du roumain par Alexandra Lazarescou, au répertoire de la Maison Antoine Vitez.

[7] Cherche mon pays sur google ! de Mihaela Michailov, traduit du roumain par Alexandra Lazarescou, au répertoire de la Maison Antoine Vitez.

[8] La Famille Offline de Mihaela Michailov, traduit du roumain par Fanny Chartres, au répertoire de la Maison Antoine Vitez.

[9] Comment Barbie traverse la crise mondiale de Mihaela Michailov, traduit du roumain par Frédéric Grosche, au répertoire de la Maison Antoine Vitez.

 


haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre