Jeudi 17 août 2017 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Fictions !

L’hommage involontaire à Arthur Rimbaud

:::: Par Miguel Angel Sevilla | paru le 01/04/2015

Miguel35711.jpg

Je est un autre 
Pour vous citer Rimbaud : 
Il me semble étranger
Il me parle en argot ! 
Alors que moi, voyez 
Je critique l’accent
Horrible des banlieues
Et j’ai dit Ils Sont Autres
Ne parlent pas Français
Pas le Français exquis
De la rue où j’habite
Tout près de Saint Germain
Où est le vrai Paris
Et donc la vraie France

Je parle avec la rance
Angoisse d’être né, pour un peu 
Loin de l’Ile de France !
Cela donne à ma voix
-Cette angoisse j’ose dire-
Comme une égratignure
Qui la rend éraillée :
Des accents de vieille fille
Que d’aucuns remarquèrent
Disons comme un défaut
Alors que tous égaux
Nous devrions nous entendre
Car je disais Rimbaud
Comme moi est un autre

Je parle en philosophe
Qui passe à la télé 
Soyons donc gentils
Une voix de vieille fille
N’est pas à critiquer
Et chacun est un autre
Non seulement pour les autres
Comme dit le poète 
Auquel je rends hommage
Disons nolens volens 
Et en clair malgré moi !

Voilà messieurs 
L’esprit de tolérance
Survit à Saint Germain
Car si je est un autre
Un autre est moi-même
Et ce n’est pas la peine
De compliquer les choses 
J’aime la profondeur 
Atteinte par Rimbaud
Qui était de Charleville
Mais qui vécu à Paris !

Et à dire la vérité
L’accent de nos banlieues
Où il y a tant d’étrangers
Bien souvent m’interpelle
Et me rappelle un Autre…

Il me nargue au miroir
De la salle de bains
Et me raille et grimace 
Comme ferait une vieille fille
Alors que moi, voyez
Je suis en fait cet Autre
De ce Moi qui vous parle
Sans savoir qui Je suis !

 


haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre