Samedi 17 novembre 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Fictions !

Violaine/L'été en automne

:::: Par Aurélie Youlia | paru le 31/12/2014

Youlia.jpg

Personnages :
Mamy, Papy, Violaine

 

Mamy (chante) : Ladadia, dalidada, dededeline la et la  Lalaila elle s’en va par les champs, elle s’en va à bout d’champs, à tout bout d’champs….

(Sonnerie)

Violaine : Bonjour Mamy

Mamy : Bonjour Madame, ça fait un moment… entrez s’il vous plait….

Violaine : Je t’ai apporté des dragées, Mamy. Voilà… - et des chouquettes, ça va bien ?

Mamie : - et vous avez aussi…

Violaine : Non, je n’en ai pas trouvé, il n’y en avait plus.

Mamy : Ah dommage, je fais un peu de café, entrez, asseyez vous s’il vous plait.

Violaine (fort) : Merci ça ira, Mamy, c’est gentil

Mamy : Et comment elle va la Violaine ?

Violaine : Ca va, oui tu sais elle travaille comme toujours, elle court quoi, pas facile en ce moment mais ça ira quand même…

Papy : (un long râle)

Mamy : Ah bon ? Comment ça elle travaille ? elle court ? comment ça ? la petite pioupioute, c’est à peine qu’elle te sort de l’école, vous rigolez ! oh le calcul toujours, ben qu’elle y fait pas, moi j’dis un bon chocolat chaud et au lit !

Violaine : Il veut pas sortir Mamy ? Il est attaché au moins ?

Mamy : Ben voyons, c’est pas possible Madame, sinon il se viande de sa chaise, deux tours de cordes, un journal et c’est réglé, que voulez vous…

Violaine : Et le médecin, il dit quoi maintenant ?

Mamy : Ben, il a ses médicaments tous les jours, le jeux télévision, ça l’fait. Mais il demande après la petite, sa préférée, la Violaine, tout l’temps !

Violaine : Non, mais il dit quoi le Médecin pour ton genoux ?

Papy : (un long râle) Ma chatte viens là ! viens ! viens là !

Mamy : Ben c’est gentil ça Madame, avec la cane ça va, oh on se refait pas à ses vieux jours. (elle crie) Tais-toi le père, elle est pas là la Violaine ! Elle va bien la Violaine !                           Les courses ils nous les livrent toutes les semaines merci bien ! Vous pouvez leur dire de penser au lait, la prochaine fois ?

Violaine : Dis, tu m’appelles hein, si ça marche plus, tu m’appelles ! Le vieux s’il fait trop d’histoires, on le débarque… Mange pas trop vite, gardes-en pour plus tard… Oui, je vais leur dire.

(Silence)

Mamy : Ah mon vieux, ma moitié. Comment qu’on va faire pour qu’elle l’apprenne sa leçon ? Moi j’suis pas trop pour, lui non plus hein. Mais il faut quand même. Le martinet une bonne dose de temps en temps ça fait d’mal à personne, et moi qui lui dis « t’es sure, tu veux remettre ça, regarde la Violaine, le reste ça y fait , la pioute, prend plutôt le martinet»

Papy : (un long râle) oh la petite chate minou-minou-minou piuoupioupiou

Mamy : » T’es sur tu veux remettre ça ? », que je lui dis. Les flics, ils ont rien pu dire, rien, ben alors ! On a droit aux bains quand même, non ? Toujours lui et la piote, ma petite Violaine, mon arapède, comme je te l’aime ma cocotte. Et moi je fais la dinette, et lui il s’en occupe, et voilà l’travail, c’est ça la famille !

Violaine : (lent) Je sais, je sais…elle m’en a parlé, il s’en est bien occupé (un temps) Mais tu savais, non ? tu t’en es pas douté… ? il se couchait souvent tard la nuit !

Papy : (un râle, il crie) minouche, bois-le, allez bois-le !

Mamy : Ah Madame ma petite c’est ma prunelle, j’y suis pour rien moi, que je leur ai dit, je savais pas, j’étais pas là moi! Il regardait la télé, je leur ai dit !

(Silence)

Violaine : Dis Mamy, c’est beau ici, les belles affaires, les jolis souvenirs, t’en as gardé des souvenirs, tu te souviens ? Tu me racontais les photos, les images, c’était bien, toutes tes histoires…

Mamy : Elle vous a parlé de ça aussi la Violaine… ? Oh, la coquine ! ben oui hein, c’est ça hein, on en garde des choses, ma Violaine elle est partout, les polaroids, je sais.  Vous connaissez ça Madame ? On clique et on a la jolie photo tout de suite, comme ça ! Ah le progrès ! Trop belle la petite…

Violaine : Oui, Mamy, je connais bien ça, c’est beau les polaroids. Et alors au fait, l’album rose tu te souviens, celui avec les fleurs roses et jaunes, tu l’as toujours… ?

Mamy : C’étaient pas des fleurs c’étaient des biches roses et jaunes. Ben euh oui euh Madame, je l’ai toujours - mais c’est Violaine qui vous l’a demandé ça?

Violaine : (plus froide) Oui, bien sur, elle aimerait que je lui donne, elle viendra la prochaine fois et vous pourrez tout lui raconter, les histoires, les photos…mais avant elle veut voir l’album avec les biches roses et jaunes, ça lui ferait tellement plaisir !

Mamy : Ben je sais plus où je l’ai ça moi, j’ai tout oublié moi, je me rappelle pas, oh dis faut pas trop m’en demander non plus hein, ça pèse là la petite Violaine. Elle vous en a dit des choses dites-donc ! Mais moi ma tête c’est comme une passoire, comment voulez vous que je sais où c’est ?

Violaine : (colère) Mais oui c’est Violaine qui me l’a demandé, et elle te passe bien les bonjours, merde ! Mais il est passé  où ce putain d’album ? Qu’est-ce que t’en as  fait ? Le vieux avec ses putain de polaroids, elles sont où ces photos ?

Mamy : Mais madame s’il vous plait comment vous me parlez ? Je suis une vieille dame moi et ma petite Violaine elle va bien, ils l’ont dit à la Police, qu’il y a rien, ils ont rien trouvé !

Papy : (crie) C’est ça ouehhh - bois-le le p’tit lait ! oueeeehhhh !!! Oueh vas-y bois le mon p’tit lait !!!

Violaine : (secoue Mamy, l’attrape à la gorge) Elles sont où ? Tu vas le cracher ? Hein tu vas le cracher ? Crache le ou j’te crève. Tu les as vu les photos, tu sais ce qu’il y a dessus ! J’en ai besoin, tu le sais, et c’est tout ce qui me reste. C’est de ta faute. Un jour je te tuerai pour tout ça.

Mamy : (elle pleurt) Mais je sais pas moi, vaut mieux partir, Violaine elle a toutes ses jolies photos, la petite je lui fais toujours un chocolat chaud quand elle rentre de l’école, après c’est Papy qui s’en charge, je sais pas moi.

Violaine : (commence à ouvrir les tiroirs, puis ralentie)

Papy : (crie) Mamyyyyy ! vieeeeens !!

Mamy : S’il vous plait Madame partez où j’appelle la Police. Violaine va très bien, elle va rentrer, je dois préparer son chocolat,  faut pas qu’elle vous voie. Je dois tout ranger, vite, partez s’il vous plait ou j’appelle la Police !

Violaine : Tu sais qu’il y a prescription. Je reviendrai avec les flics.

(Elle s’en va)


haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre