Samedi 17 novembre 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Fictions !

L'ombre en forme de croix, tel un planeur, survole Chaumont./L'été en automne

:::: Par David Braun | paru le 31/12/2014

Braun.jpg

Un plateau noir. On ne voit rien. Deux voix.

L'un - On voit rien.
L'autre - On l'a déjà dit.
L'un - Qui l'a dit?
L'autre - Dascalie.
L'un - C'est qui ça?
L'autre -  Je sais pas. Tout ce que je sais c'est que c'est lui qui nous a introduits. Ou elle.
L'un - Je ne me suis pas senti introduit.
L'autre -Tu l'as peut être  pas senti mais tu l'as été.
L'un - On voit rien, on sent rien, c'est bizarre ici. Où est-ce qu'on est?
L'autre - On doit être dans un théatre.
L'un - Comment tu sais?
L'autre - Dascalie fréquente beaucoup les théâtres.
L'un - Si on était dans un théâtre on verrait quelque chose. On voit rien. On n'entend que nos voix.
L'autre - On est peut-être à la radio.
L'un -Dascalie fréquente aussi les radios?
L'autre - Il paraît.
L'un - Tu crois qu'on est sur quelle radio?
L'autre - Radio l'ombre?
L'un - C'est plus trop l'époque.
L'autre - Y a pas d'?poque pour résister.
L'un - Tu crois?
L'autre - L'Histoire ça change pas. Faut toujours résister à quelque chose.
L'un - Faudrait déjà commencer par voir quelque chose. Moi je crois que ce que je vois.
L'autre - Tu ne peux pas croire en rien.
L'un - Je vois quand même un peu des ombres.
L'autre - Tu peux commencer par ça.
L'un - Croire en des ombres?
L'autre - On doit être à Chaumont.
L'un - Ils croient en des ombres à Chaumont?
L'autre - Il paraît qu'à Chaumont y a des auteurs qui lisent du théâtre.
L'un - Le théâtre c'est surtout fait pour être vu.
L'autre - Oui mais là c'est du theatre fait pour être lu. Les gens ne voient que l'ombre de ce qui est dit.
L'un - Et tous les gens voient les mêmes ombres?
L'autre - Pas forcément.
L'un - C'est pas commode.
L'autre - C'est comme la société. Y en a un qui dit je crois et y a l'autre qui voit une croix.
L'un - Ou l'ombre d'une croix sur les ondes. Si on est sur Radio l'ombre.
L'autre - Ça doit être la croix de Lorraine.
L'un - C'est pas possible. Chaumont c'est en Champagne. C'est pas la même région.
L'autre - Pas encore.
L'un - Je croyais que l'Histoire elle changeait pas.
L'autre - J'ai dit ça moi ?
L'un - Ben oui t'as dit ça en entrée. T'as dit que l'Histoire elle resservait les mêmes plats de résistance.
L'autre - Mais oui. Regarde bien. Ici on la voit planer cette ombre. Pas loin Y a Colombey les deux églises.
L'un - C'est la croix de la quelle?
L'autre - Da laquelle quoi?
L'un - De laquelle des deux églises?
L'autre - C'est pas la croix d'une église, c'est la croix du Général.
L'un - Quel général?
L'autre - De Gaulle
L'un - Y a deux églises et y a deux Gaules aussi?
L'autre - Mais non y en a qu'une. Y a qu'une Gaule. Y en a qu'une et elle est éternelle.
L'un - La tienne de gaule elle est pas éternelle.
L'autre - C'est la France libre mon vieux.
L'un - La France libre elle est pas éternelle.
L'autre - Faut croire.


haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre