Mercredi 12 décembre 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Fictions !

Genre, slam

:::: Par Miguel Angel Sevilla | paru le 04/12/2014

Miguel35711.jpg

Genre l’heure du crépuscule

Ton ombre sur le trottoir

Et tes seins vêtus de noir

Genre la vie est en deuil

 

Tes cheveux genre la nuit

Qui tombe comme cascade

Et tes yeux d’un noir maudit

Genre un jour je t’aurai

 

Ta bouche genre la rose

Qui saigne sa chair de fleur

Et ta voix genre dirais-je

Pelure de l’abricot

 

Tu allais, la rue Pajol

T’ouvrait ses bras, et l’Olive,

Le marché, tendait ses fruits

C’était un dimanche matin

 

Vers onze heures à la terrasse

D’un troquet j’étais peinard

Pas genre « il se la joue »

Plutôt genre « j’suis bancale »

 

Tu m’as demandé du feu

Et une gauloise, j’avais une blonde

Après tu connais l’histoire

C’est pas moi qui ai commencé !

 

Même maintenant tu sais

Je regrette ce dimanche

Et tes seins vêtus de noir

Du côté du Grand Parquet

 

Ton ombre sur le trottoir

Et toi qui donnais ton ombre

Tout le soleil à la ronde

Et pas loin, un spectacle !

 

C’était la vie, c’est dommage

Mais je crois qu’on s’est loupés :

Je t’ai eu dans la jouissance

Tu m’as eu pour t’en aller

 

Genre… comment est-ce qu’on dit

Une histoire pas banale

Erotique, musicale

Genre « la vie de nos jours » ?

Genre « l’amour est un rêve » ?

Ou… la vie est un théâtre

Qu’on va bientôt démolir ?

 

-Genre dimanche disons

Avant que le travail coince

Dans la nasse des soucis

Ce qui nous reste de vie.


haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre