Vendredi 14 décembre 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Á savoir sur l'auteur...

<-- Retour

  • L'auteur
  • Bibliographie
  • Contacter l'auteur

Élie Karam

Élie Karam est auteur, metteur en scène et comédien

Elie Karam est né à Beyrouth.
Durant la guerre civile libanaise, il s’expatrie à Vienne puis Montréal où il poursuit des études en Art Dramatique et fonde sa troupe de théâtre La Chamade.
Comédien, il joue dans plus d’une vingtaine de pièces de théâtre, entre Montréal, Beyrouth et New York.
Il tient le rôle principal dans « Qu’elle aille au diable Meryl Streep », une adaptation de Mohamed Kacimi du roman éponyme de Rachid Daïf, créée en 2006 au Théâtre du Rond-Point dans une mise en scène de Nidal Al Achkar. Il traduit la pièce en arabe et tient le même rôle au Théâtre Madina à Beyrouth.
Il coécrit et joue dans the Middle Beast, une pièce en anglais créée en 2003 au LaMama Theater à New York.
De retour au Liban en 2000, il écrit et met en scène plusieurs pièces aux sujets controversés. « Viens manger tes lentilles, fiston » ; une critique acerbe du Liban « touristique » des années 60. Une coproduction du Festival Ayloul et du Théâtre de l’Union (CDN-Limousin).
En 2007, durant une impasse politique agitée et suite à une guerre dévastatrice, il crée « Enlève ton tarbouche » au Théâtre al Madina-Beyrouth comme un message de résistance et d’éveil. La pièce fait l’ouverture de la Semaine de la Francophonie et joue à guichets fermés. Acclamée par la critique et le public, cette pièce dénonce la glorification et la récurrence du martyre à travers un siècle de l’histoire du Liban.
Pour la commémoration de la Déclaration des Droits de l’Homme, il crée en 2000 une série d’installations théâtrales dont Miss Lavex, femme-ménagère-martyre, inspirée de l’effigie d’un détergent libanais des années 50.
Il travaille aussi en tant que scénariste et directeur artistique pour la télévision, la pub et l’évènementiel et enseigne le théâtre à l’Université Kafaat et l’Académie Libanaise des Beaux-arts.
En 2006, il participe à la résidence d’Écritures Vagabondes à Beyrouth et écrit « Parle-moi de la guerre pour que je t’aime ». Cette pièce obtient la bourse Beaumarchais et le prix des Journées de Lyon des auteurs de théâtre. Elle est lue et mise en espace au Théâtre du Rond-Point, à l’Odéon, au Panta à Caen, au Nouveau Théâtre du 8ième à Lyon, à la Comédie de Valence, au Troisième Bureau à Grenoble et en anglais au Tarragon Theatre à Toronto. Elle sera publiée en janvier 2009 chez Actes Sud - Papiers.
Durant la résidence d’Écritures Vagabondes à Toronto en 2007, il donne des stages d’écritures et de création à l’Université de Toronto et participe au Festival International des Auteurs.
En 2007, il est invité à une résidence d’auteurs au Royal Court Theater à Londres pour travailler sur sa nouvelle pièce.
Il écrit et joue en arabe, français et anglais.
Ses récents intérêts se tournent vers la décadence et la médecine holistique.
Il vit à Los Angeles.

Élie Karam

Contribution au magazine littéraire La Pensée de Midi (Actes Sud) numéro : Beyrouth XXIème siècle.
Contribution à L’Avant-Scène Théâtre. Numéro. « Qu’elle aille au diable Meryl Streep »
Parle-moi de la guerre pour que je t’aime (Actes Sud – Papiers) à paraître en janvier 2009.

Élie Karam

Le mail de l'auteur : moikaram@yahoo.com

Élie Karam

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre